Dans la pièce 15 adjacente, les entrées fermées sont remplacées par un portail à moitié ouvert menant à un sanctuaire (fig. 1). Il s'agit de l’un des rares exemples de peinture murale romaine où l’entrée est représentée ouverte, nous permettant de nous plonger dans un espace virtuel au-delà du mur. Les figures architectoniques et naturelles dans ces peintures correspondent toutes aux proportions humaines, ce faisant, elles créent une douce transition entre l’espace physique de la pièce et l’espace virtuel de la peinture. Cette caractéristique renforce à son tour le lien charnel entre l’observateur et la peinture-même. La demeure métaphysique située au-delà de la porte crée une fascinante mise en abyme entre le concept de la maison en tant que sanctuaire et son double virtuel puisqu’ils fusionnent parfaitement. Bien que la porte soit ouverte, la vue est largement obstruée par un piédestal où se dresse un trépied (fig. 2). La présence de symboles de l’immortalité renforce le thème du sanctuaire. Ces symboles prennent la forme de paons perchés sur les rebords de part et d’autre de l’entrée, chaque mur étant accompagné d’un masque démoniaque à l’origine de cette présence apotropaïque omniprésente supposée nécessaire pour chasser les intrus malveillants (fig. 3). De nombreuses représentations de paons ont été retrouvées sur les murs intérieurs des tombes et des sarcophages. Les Romains pensaient que le motif en forme d’œil dessiné sur leur queue leur permettait, par association, aux défunts de voir à travers l’éternité et d’atteindre ainsi l’immortalité, car les deux notions étaient indissociables l’un de l’autre.

Derrière le portail, des colonnades à deux niveaux délimitent le sanctuaire. Quant à la divinité présente dans ce lieu sacré, nous ne pouvons que conjecturer qu’il s’agissait d’Apollon car le trépied au sommet du piédestal ainsi que la torche et la bucrania (crâne de taureau) situées à sa base sont emblématiques de sa présence (fig. 4). Les imagines clipeatae, à savoir les boucliers commémorant les ancêtres qui sont accrochés dans les sections supérieures des colonnades, peuvent également suggérer que le sanctuaire virtuel servait de lieu dédié à l’adoration des ancêtres (fig. 5).

La représentation du portail se reflète probablement sur le mur opposé, mais à l’heure actuelle, cette partie de la pièce est toujours enfuie sous la route longeant le site d'excavation.

 

Fausses-Portes: et les signifiants qui y sont apparentés
Gate leading to Sanctuary of Apollo 1>
Apollonian Tripod 2>
page header
4
bbfb
bbfb
1.  Villa di Poppea, Oplontis, salle 15, peinture murale représentant l’entrée d’un sanctuaire dédié à Apollon et aux ancêtres familiaux

2. Villa di Poppea, Oplontis, salle 15, détail d’une peinture murale représentant le sommet du trépied oraculaire sacré d’Apollon

3. Villa di Poppea, Oplontis, salle 15, détail d’une peinture murale représentant des paons et un masque tragique démoniaque

4. Villa di Poppea, Oplontis, salle 15, détail d’une peinture murale représentant la torche d’Apollon et un bucranium sacrificiel (crâne de taureau)

5. Villa di Poppea, Oplontis, salle 15, détail d’une peinture murale représentant des imagines clipeatae (des effigies d’ancêtres sur des boucliers commémoratifs)
5>