Peinture murale « romaine » ou « pompéienne » ?

La redécouverte d’Herculanum et de Pompéi a projeté les deux villes provinciales sur le devant de la scène du monde romain, leur donnant ainsi un statut plus important que celui détenu à l’origine. Cette situation s’est révélée quelque peu problématique puisque l’évolution de la peinture murale romaine a été établie sur la base du nombre considérable d’exemplaires, en bon état, trouvés sur les deux sites. Des morceaux moins bien préservés découverts sur d’autres sites ont été utilisés pour répertorier les changements iconologiques locaux. Survient alors le problème de la dénomination. Quel nom générique ces peintures murales doivent-elles porter? Sont-elles romaines, pompéiennes ou herculanéennes?

Rome, en tant que capital, est considérée par tous comme le centre conceptuel responsable des changements stylistiques, adoptés ensuite par les provinces. Ainsi, malgré le fait que Pompéi réunisse le plus grand nombre de peintures, son statut provincial la limite au rôle de « témoignage » de la puissance culturelle et politique de Rome. Et pourtant, à la fin du dix-huitième et du dix-neuvième siècle, la situation s’est inversée en faveur de Pompéi, pendant un bref instant, puisque de plus en plus de demeures européennes majestueuses étaient décorées dans le style « pompéien » et non dans le style « romain » (figures 1 à 3). Un bon exemple pour illustrer le problème de la dénomination générique des peintures murales est celui du titre d’un ouvrage superbement illustré, La Peinture de Pompéi – Témoignages de l’art romain dans la zone ensevelie par Vésuve en 79 ap. J.C., Éditions Hazan, 1999.

Pompéi et Herculanum étaient des villes provinciales par définition, mais certains éléments semblent indiquer que leur statut était bien plus important. L’éminent philosophe romain Sénèque a un jour parlé de Pompéi en tant que « […] la célèbre ville de Campanie […] » (Naturales Quaestiones, VI) ; une observation tirée du fait que de nombreux illustres Romains, comme Cicéron et Pline l’Ancien, sont venus vivre sur place, ou à proximité de ces villes, et Poppaea Sabina, la deuxième femme de Néron, était la fille d’un riche Pompéien. Les deux villes disposaient de ports de pêche et de marchandises, faisant de la baie de Naples un des principaux points focaux de Magna Graecia et donc une des premières ouvertures à l’influence étrangère.

En l’absence d’informations claires sur les origines, la capitale est toujours désignée comme acteur principal dans le lancement de nouvelles tendances. Rome était en effet la ville la plus puissante à l’époque. Son nom même était synonyme d’identité nationale, devenue impériale ensuite. Cependant, la ville était également très sujette à l’acculturation car « toutes les routes mènent à Rome ». Les voies lui permettant de commander et d’être ravitaillée lui conféraient un certain pouvoir mais elles l’exposaient également aux influences extérieures. Le port de marchandises principal de Rome se situait à Putéoles, près de Néapolis sur la baie de Naples. Alors que Rome devenait de plus en plus prospère au cours du deuxième siècle av. J.-C., Putéoles devenait également une communauté florissante étroitement liée à la Grèce grâce à ses contacts commerciaux avec l’Est. En conséquence, Putéoles et ses ports environnants auraient exposé l’ensemble de cette région « provinciale », Pompéi y compris, à toutes sortes d’influences de l’étranger, dont certaines auraient eu des répercussions à l’échelle locale avant d’affecter Rome. Il est également très probable que certains peintres, auteurs de peintures murales « romaines », aient été d’origine grecque, et non romaine, en provenance soit de Magna Graecia soit de la Grèce continentale en passant par Putéoles.

 

 

A la rencontre des peintures murales
Oslo Royal Palace 1849 1
page header
4
bbfb
bbfb
1. Linstow, H.D.F. (arch.), peinture murale de style pompéien, salle à manger, Palais royal, Oslo, Norvège, 1849.

2. Brumidi, Constantino, peinture murale de style pompéien, Sénat, Capitole des États-Unis, Washington D.C., 1855.


wall-painting by Constantine Brumidi Senate room Capitol Building Washington DC 2